Juil 102012
 

Réaction au texte de Benoît XVI à Ratisbonne

 

Réflexions sur le discours du Pape Benoît XVI à L’Université de Ratisbonne le 12 septembre 2006 (Par Moussadak Jlidi :GRIC Tunis)

A partir du discours que le Pape a présenté récemment à l’Université de Ratisbonne et à partir des analyses et réactions que j’ai lu sur le site du GRIC (de gens modérés ou moins modérés), il me vint à l’esprit un certain nombre de questions dont je propose le partage aux lecteurs de ce site :
- 1-Le Pape est pour la paix (dans un de ses plus récents discours : celui d’Assise). C’est très bien ! Mais « Une paix perpétuelle » (Kant) est-elle possible à partir d’une logique théologique close, de part ou d’autre de nos deux traditions ? Autrement dit, relativiser sa propre culture et la laisser s’engager dans le mouvement libre d’emprunt, d’échange et de création de nouvelles formes de conscience et de sens de plus en plus complexe, est-ce une auto-restriction au niveau de sa propre identité culturelle, ou contrairement à cette croyance, une telle relativisation permettrait de renforcer la validité historique de cette culture ?
- 2- Stratégiquement, l’Europe devrait-elle se méfier de se rapprocher du monde musulman, ou a-t-elle à l’opposé intérêt à nouer des fortes relations avec lui ?
- 3- Jusqu’à quand l’effet 11-09-2001 va-t-il influencer l’attitude de l’occident envers le monde musulman et peser sur le climat relationnel entre ces deux mondes, au point de devenir un complexe de civilisation (de surméfiance), alors que « tout le monde » sait que cet incident (et ses semblables à Madrid, à Londres et ailleurs) ne représente que le choix d’une toute petite minorité seulement du monde musulman (quelques centaines parmi un milliard et demi de musulmans). Minorité très dangereuse certes, mais va-t-on à l’occident, laisser le désespoir, à cause d’une poignée de terroristes, s’enfoncer au fond de soi même au point d’oublier des réalités historiques si évidentes pourtant ; comme le rôle éminent joué par la civilisation islamique dans l’enrichissement du patrimoine scientifique et rationnelle de l’humanité et la pratique de la tolérance religieuse avec les juifs et les chrétiens (à l’Andalousie, par exemple), au point d’en faire des ministres, des conseillés et des trésoriers du Calife musulman.
- 4-Avenir de l’Europe/Avenir du monde musulman/ Avenir du monde. Y ’aurait-il de chrétienté hors de la dialectique Islam / Europe ? Le christianisme aurait-il pu connaître la civilisation et la pensée grecque et le Logos (une de ses interprétations) sans la médiation et les apports de la civilisation islamique ?! Et de l’autre côté, l’Islam pourrait-il se rénover sans s’ouvrir sur l’Europe ?! Les acquis scientifiques et les exploits de la raison moderne et contemporaine en général sont-ils propres à la civilisation européenne seulement ou sont plutôt un droit et un profit pour toute l’humanité ?!
- 5-Le Pape cite Kant, mais Kant disait que les objets métaphysiques ne relèvent pas de la raison théorique (scientifique) : même position énoncée depuis des siècles par Ibn Khaldûn (fondateur par excellence des sciences humaines), qui ne soupçonnait pas du tout la capacité de la raison humaine à connaître très précisément les objets du monde physique. Et c’est justement pour cette raison (sa parfaite conscience des limites de la raison théorique) qu’il a substitué la sociologie rationnelle à la métaphysique dogmatique et à la théologie illusoire ! Alors le monde musulman a-t-il connu la rationalité ou pas ?! (Ce n’est pas la peine de parler d’Averroès qui a inspiré Spinoza, d’Ibn Al-Haythem, totalement emprunté par Roger Bacon, d’El- Kindî, d’Ibn Sîna’, d’El-Bayrunî, d’El-Khawarizmi, d’El-Khayamî …etc).
- 6-Est-ce que la stratégie implicite du discours pontifical était de pousser le monde musulman à affirmer son choix de paix avec le monde occidental et d’inciter les états islamiques à être plus sévères avec les intégristes ? Mais si c’était le cas, qu’est-ce qu’a fait le Pape (par les moyens diplomatiques et intellectuels) pour aider le monde musulman à libérer ses terres occupées ? Ne pourrait-il pas du moins prier Dieu pour la libération de la Terre Sainte de l’occupation sioniste, comme il venait à Pologne de « remercier Dieu » pour « la liberté et le sens de la dignité retrouvée par les gens dans de nombreux pays », quand il a fait allusion à l’effondrement du système soviétique en Europe centrale fin 1989 ?! Et ces gens là auraient-ils pu retrouver leur liberté sans résister aux occupants de leurs terres ?! Auraient-ils pu le faire sans djihad (qui veut dire en arabe faire l’effort nécessaire pour le changement, et non pas offenser les innocents) ?! Le Saint Coran n’a -t-il pas interdit de toucher aux gens qui tendent vers la paix en disant « Allah ne vous interdit pas -envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour votre religion, et ne vous ont pas chassés de vos demeures- d’être bienfaisants et équitables envers eux. Certes, Allah Aime ceux qui sont équitables. Mais Allah vous interdit de prendre comme protecteurs ceux qui vous ont combattus pour votre religion, qui vous chassèrent de vos demeures, et aidèrent à vous expulser. Et quiconque les prend comme protecteurs, ceux-là alors sont les injustes » (60/8-9). Y a-t-il de plus raisonnable et de plus juste que ces paroles révélées au Prophète ?! Certes, elles peuvent être un peu étranges à certaines consciences chrétiennes, mais ne sont-elles pas plus compatibles avec la logique des choses et des lois objectives de l’histoire ?! Mais y- a-t-il quelqu’un dans ce monde qui est prêt à supporter délibérément toutes les injustices et tous les crimes humanitaires pour le seul but d’être jugé de raisonnable et de bon croyant. Est-ce la foi veut dire soumission et servitude aux hommes ou à Dieu seul ?!
- 7-La paix pourrait-elle s’installer même avant la récupération des terres arabes violées par Israël et les Etats-Unis (en Palestine, au Liban, en Cis-Jordanie, En Syrie et en Irak) ?! Comment demande-t-on aux gens de tous ces pays de se calmer, de se montrer dociles, sous le régime opprimant des occupants ?! Comment envoie-t-on ses troupes militaires de plusieurs centaines et milliers de kilomètres pour soumettre la volonté libre des peuples arabes et voler leurs richesses, et puis demander aux arabes et aux musulmans de faire preuve de raison et de rationalité ?! De quelle raison veut-on parler ; serait-elle bizarrement celle du plus fort ?! Et aux musulmans qui sont allés loin dans l’interprétation des versets du djihad, je dis, est-ce que le djihad est de combattre sur ses terres occupées les ennemis ou aller massacrer les innocents dans les pays européens qui vous ont offert le refuge dont on vous a privé dans vos propres pays ?! Est-ce là la récompense et la reconnaissance de l’hospitalité que les démocraties occidentales vous ont ouvertement manifestée ?! Le moment où des centaines de milliers de personnes descendent dans la rue à Londres et ailleurs dans l’occident pour défendre la cause palestinienne, irakienne ou libanaise, certains de vos pays natals vous défendent de le faire. Est-ce en tuant les fils de ceux qui vous ont soutenu que vous voulez qu’ils persistent à s’aligner à côté de vous ?! Certes, ce n’est que de la folie et de l’aveuglement ! Vous voulez que Dieu vous prenne pour martyrs alors que vous êtes en train de vous transformer en des criminels ! Vous dîtes que « eux aussi tuent nos enfants et nos femmes dans leurs maisons ! » Mais quand est-ce que le diable est devenu modèle pour un croyant ?! Ecoutez plutôt les paroles de Dieu « entrez dans la paix en totalité et ne suivez point les pas de Satan. Il est pour vous un ennemi évident. » (2/208).
- 8- « Dieu est amour ». Dieu, est Dieu de tout le monde ou Dieu d’une communauté élue (juive ou chrétienne ou musulmane) seulement ? Dans le Saint Coran, Dieu se qualifie de « Seigneur des Univers » : D’où la multiplicité de reconnaissance des mondes, des cultures et des religions s’impose (pour la conscience des croyants, en premier lieu) !
Et maintenant que « l’édifice de la confiance », construit délicatement en des longues années de rapports d’échanges et de partage entre les croyants de nos deux religions monothéistes, est un peu secoué, entre l’institution religieuse catholique et le monde musulman (qui n’est pas vraiment représenté officiellement à ce niveau), va-t-on interrompre le dialogue interreligieux ou optera-t-on au contraire à le renforcer pour récupérer ce qui pourrait être perdu et éviter ainsi le pire ?!
C’est cette deuxième alternative que je souhaite de tout mon cœur et de ma pleine conscience pour le bien de toute l’espèce humaine dont nous formons (Chrétiens et musulmans) quasiment la moitié !

Sorry, the comment form is closed at this time.