Juil 102012
 

Le Conseil des ministres a approuvé hier un décret proclamant la fête de l’Annonciation (25 mars) « fête nationale commune islamo-chrétienne ». Cette initiative sans précédent a été accueillie avec enthousiasme par tous les milieux prônant le dialogue.

Dans sa décision, le Conseil des ministres s’est appuyé sur le fait que la Vierge Marie est un dénominateur commun entre les chrétiens et les musulmans, qui lui réservent une très grande place dans leurs dévotions respectives.

À noter que l’Évangile et le Coran affirment tous les deux que le Christ est né de Marie d’une naissance virginale. Il s’agit là d’un article de foi commun aux chrétiens et aux musulmans, même si les deux religions diffèrent ensuite sur le Christ qui, pour les chrétiens, est de nature divine.

La fête sera chômée et sera marquée par un programme commun social, culturel et religieux mettant en évidence les points culturels et religieux entre chrétiens et musulmans.

La décision sera, samedi, au centre de l’entretien que le Premier ministre doit avoir au Vatican avec le pape Benoît XVI ; elle pourrait également servir d’exemple et être adoptée dans d’autres pays que le Liban, a-t-on appris de bonne source.

Mardi, une délégation islamo-chrétienne conduite par MM. Michel Eddé, président de la Fondation maronite dans le monde, et Ibrahim Chamseddine, ancien ministre, avait soumis le projet au Premier ministre.

Il y a lieu de noter que, depuis trois ans, des célébrations communes de la fête de l’Annonciation sont organisées au Collège Notre-Dame de Jamhour sur le thème « Ensemble autour de Marie Notre-Dame », sous la supervision de l’amicale des anciens de cette école, avec la participation de délégations étrangères, notamment d’al-Azhar.

L’une des personnalités les plus activement engagées dans l’instauration de cette fête est cheikh Mohammad Nokkari, ancien secrétaire général de Dar el-Fatwa, professeur à l’Université Saint-Joseph et membre du Groupe de recherche islamo-chrétien (GRIC), une association internationale de chercheurs.

L’Orient le jour. Vendredi 19 Fevrier 2010

Voir nos autres articles sur le même sujet :

L’annonciation célébrée à travers la Bible et le Coran

La Vierge Marie, lien d’unité entre libanais chrétiens et musulmans

L’annonciation dans la Bible : Lc 1, 26-38

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth, à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie. Il entra et lui dit : “Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi.” A cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation. Et l’ange lui dit : “Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n’aura pas de fin.” Mais Marie dit à l’ange : “Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ?” L’ange lui répondit : “L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Elisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu’on appelait la stérile ; car rien n’est impossible à Dieu.” Marie dit alors : “Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole !” Et l’ange la quitta.

L’annonciation dans le Coran : Sourate de Marie (19), 16-22

Mentionne, dans le Livre, Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l’Orient. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit, qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait. Elle dit : « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m’approche point] ». Il dit : « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur ». Elle dit : « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et je ne suis pas prostituée ? » Il dit : « Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée ». Elle devient donc enceinte, et elle se retira avec lui en un lieu éloigné.

Sorry, the comment form is closed at this time.