Oct 312016
 

 

Le plan de ce très court travail va être partagé en deux grandes parties : la première concerne les phases de l’histoire de Marie telle qu’elle figure dans le Coran ( je vais parler ici des quatre phases ) et la deuxième sera ma propre interprétation à ce propos.

Partie – I –

Phase 1 – Il s’agit de l’encadrement de la situation sociale et familiale de Marie telle qu’ énoncée dans le Coran .

1-Concernant sa grande famille, Marie était une descendante de la famille de Imran , qui était une famille choisie par Dieu à côté d’autres : un choix qu’on trouve énoncé dans le verset coranique : «Dieu a choisi, de préférence aux mondes : Adam, Noé, la famille d’Abraham, la famille de ‘Imrân, en tant que descendants les uns des autres – Dieu est celui qui entend et qui sait. » (Coran : sourate 3, versets 33-34)

Il est clair qu’il s’agit d’une famille qui avait l’honneur et la noblesse de l’héritage de prophétie.

2-Quant à sa petite famille, Marie est citée dans le Coran soit en rapport avec sa mère, soit avec son père Imran (qui était mort avant sa naissance, raison pour laquelle elle a été protégée par Zakaryya), soit avec son frère Aaron , soit avec son fils Jésus. Par exemple dans le verset : «Ô sœur d’Aaron, ton père n’était pas un homme pervers, ni ta mère une femme de mauvaises mœurs» (Coran : Sourate 19, Versets 27 – 28). 

Ces rapports familiaux indiquent l’appartenance bien reconnue de Marie et confirment la bonne qualité morale de sa famille. 

3-En contre partie, Marie appartenait à une société qui faisait la distinction entre fille et garçon ; la loi hébraïque ne donnait pas le droit aux familles de consacrer leurs filles au service de Dieu, seuls les fils pouvaient être consacrés au Seigneur. Ce qui explique la peur et l’inquiétude de la mère de Marie quand elle a donné naissance à Marie : « Mon Seigneur ! J’ai mis au monde une fille. Dieu savait ce qu’elle avait enfanté : un garçon n’est pas semblable à une fille-« (Coran : sourate 3, verset 36)

Et c’est dans cette contradiction, entre la pureté de la famille de Marie, et l’inégalité sociale entre fille et garçon dans la société hébraïque que l’histoire de Marie a commencé.

 

Phase 2 – Histoire de Marie : Naissance, enfance,croissance et service au Temple à travers le Coran..

C’est après la prière de la mère de Marie longtemps stérile qu’elle a reçu le don de Dieu, et qu’elle Lui a promis qu’elle va lui consacrer son futur enfant, une histoire évoquée à travers le verset coranique suivant :

« La femme de ‘Imrân dit : « Mon Seigneur ! Je te consacre ce qui est dans mon sein ; accepte-le de ma part. Tu es, en vérité, celui qui entend et qui sait. »» (Coran : sourate 3, verset 35)

La mère de Marie ne savait pas la surprise qui l’attendait : c’est qu’elle va donner naissance à une fille, dans une société qui ne permet pas de consacrer une fille au Seigneur. La mère de Marie a été confrontée à un vrai problème car elle désirait un garçon pour qu’il puisse être consacré au service du Temple. Mais elle a eu une fille, qu’elle va nommer «  Marie / Maryam :مريم  ». Le Coran rapporte :

«« Après avoir mis sa fille au monde, elle dit : « Mon Seigneur ! J’ai mis au monde une fille. » _ Dieu savait ce qu’elle avait enfanté : « un garçon n’est pas semblable à une fille dit-elle, Je l’appelle Marie (Maryam ) , je la mets sous ta protection, elle et sa descendance, contre Satan le réprouvé »  (Coran sourate 3, verset 36).

Et voici donc que Marie était là, son père déjà décédé, sa mère s’inquiétait : Comment Marie sera-t-elle protégée ?

C’est évidement Dieu qui a accepté ce don, qui a pris en charge et assumé la responsabilité de sa protection selon l’expression coranique :

« Son Seigneur accueillit la petite fille en lui faisant une belle réception ; Il la fit croître d’une belle croissance. » (Coran : sourate 3, verset 37a)

Marie grandit progressivement, quitta sa famille au temple.

Le verset coranique rapporte : « Il la confia à Zacharie. Chaque fois que Zacharie allait la voir, dans le Temple (mihrâb), il trouvait auprès d’elle la nourriture nécessaire, et il lui demandait : « O Marie ! D’où cela te vient-il ? ». Elle répondait : « Cela vient de Dieu : Dieu donne, sans compter, sa subsistance à qui il veut. » (Coran : sourate 3, verset 37b).

C’était donc dans ce temple, (ce mihrâb) que Marie poursuivait sa vie de prière et de méditation, répondant ainsi aux aveux admiratifs et aux invitations pressantes des Anges qui lui dirent :

«Ô Marie ! Dieu t’a choisie, en vérité ; Il t’a purifiée ; Il t’a choisie de préférence à toutes les femmes de l’univers. Ô Marie ! Sois pieuse envers ton Seigneur ; prosterne-toi et incline-toi avec ceux qui s’inclinent. » (Coran : sourate 3, versets 42-43)

Marie donc était choisie pour « l’annonciation » de Dieu pour passer à une phase inattendue, une phase miraculeuse, caractérisée par la « nativité de Jésus ».

 

Phase 3 – naissance de Jésus , l’inquiétude de Marie et la protection divine contre le doute :

Je vais citer juste trois moments :

1-Le moment ou Dieu a envoyé l’ange Gabriel pour s’adresser à Marie : «Il dit : ” je ne suis que l’envoyé de ton Seigneur pour te donner un garçon pur.” Elle dit : ” Comment aurais-je un garçon ? Aucun homme ne m’a jamais touchée et je ne suis pas une prostituée.” Il dit : ” C’est ainsi ! Ton Seigneur a dit : Cela M’est facile. Nous ferons de lui un signe pour les gens ; une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée” » ( Coran : Sourate Maryam ( 19 ) , Versets 18 – 21 / (voir tous les Versets coraniques du 16 -35  , Sourate Maryam (19 ) ).

2- L’inquiétude et le malheur de Marie lorsqu’elle a ressenti les douleurs de l’accouchement ; le texte coranique rapporte ce qu’elle a dit : « malheur à moi ! que je fusse déjà morte avant cet instant ! et que je fusse totalement oubliée » (Coran : Sourate 19, Verset 23). Mais Dieu la réconforte et lui offre des dattes du palmier qui était au-dessus d’elle. Ce don divin indiquait donc une attention particulière venant de Dieu pour  rassurer et renforcer Marie.

3- La protection divine qui a donné du courage à Marie pour retourner auprès des siens, portant Jésus  entre les bras, alors que les gens criaient au scandale. Je cite :« Elle se rendit auprès des siens, en portant l’enfant. Ils dirent : Ô Marie ! tu as fait quelques choses de monstrueux ! Ô sœur d’Aaron, ton père n’était pas un homme pervers, ni ta mère une femme de mauvaises mœurs» (Coran : Sourate 19, Versets 27 – 28). 

4- D’ici je passe à la 4eme et dernière phase à ce niveau concernant les qualités et la place dévolues à Marie par le Coran.

Le Coran évoque :

a-   la virginité de Marie ;  il la défend de toute accusation d’adultère: « Et Marie, fille de ‘Imrân, qui garda sa virginité. Nous lui avons insufflé de notre Esprit ; elle déclara véridique les paroles de son Seigneur ainsi que ses Livres : Elle fut du nombre des dévoués. » (Coran : Sourate 66, Verset 12).

b-   La purification et l’élection de Marie parmi toutes les femmes du monde : «Ô Marie ! Dieu t’a choisie ; Il t’a purifiée; Il t’a choisie de préférence à toutes les femmes de l’univers » (Coran : Sourate 3 , Verset 42).

D’ailleurs le Coran lui a consacré toute une sourate (la sourate 19) qui porte le nom de Maryam ( Marie) ; ce prénom de Marie a été le seul prénom de femme cité, et à pas moins de 34 reprises

c-   L’annonciation à Marie qu’elle va donner le prophète de Dieu :

«Ô Marie, voilà qu’Allah t’annonce une parole de Sa part : son nom sera «al-Masih» «’Issa», fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l’au-delà, et l’un des rapprochés d’Allah». (Coran : Sourate 3 ,Verset 45).

 

II – 2eme partie : Analyse personnelle et interprétation  de la signification de l’histoire coranique de Marie :

Comment puis-je faire une lecture de l’histoire de Marie telle qu’elle est présentée dans le Coran ?

Je crois que dans cette histoire, Dieu se présente ici comme un artiste ; dans une scène théâtrale, il a tout inversé, c’est-à-dire qu’il a inversé toute la logique traditionnelle, et les normes habituelles pour les reconstruire de telle sorte que l’histoire de Marie prenne le sens d’un miracle .

1-Tout d’abord : il a détruit la loi sociale d’inégalité entre fille et garçon imposée par les êtres humains ; ce faisant, il a totalement inversé la situation de la femme qui était abandonnée dans une société masculine, pour qu’elle soit à la tête, et voilà qu’une femme qui s’appelait Marie a été acceptée par Dieu lui-même pour qu’elle soit à son service malgré tout.

2- Dieu – dans l’histoire de Marie – a totalement renversé la loi biologique naturelle habituelle qui veut que la conception d’un enfant ne se produit qu’à travers l’accouplement entre mâle et femelle. Cela est donc, pour montrer non seulement la possibilité de l’exemple miraculeux de Marie qui a donné naissance à Jésus sans qu’elle soit dépendante dans cet acte d’ un homme, mais surtout pour montrer que cette même affaire est strictement impossible pour un homme sans qu’il soit dépendant d’une femme.

3-Je vois aussi un renversement divin de la notion quantitative de l’égalité. L’égalité en tant que notion de valeur se manifeste dans l’histoire de Marie, comme égalité qualitative, ce qui explique la présence d’une seule sourate portant le prénom d’une femme qui est Maryam, face à plusieurs sourates portant des prénoms des prophètes masculins : Mohamed, Noé, Ibrahim, etc ..Le prénom de Marie se présente alors comme un prénom d’une reine qui est entourée des autres.

4-Dans le Coran, il existe aussi la sourate «des femmes», en face d’une sourate spécifique portant le prénom de Marie.

Pourquoi donc, Marie n’est-elle pas comprise avec les femmes  dans la sourate des femmes? Pourquoi est-elle la seule femme désignée par son prénom ? Pourquoi trouve-t-on une seule sourate qui porte le prénom d’une femme qui est Marie, alors qu’on trouve plusieurs sourates portant des prénoms des prophètes hommes ?

C’est parce que Dieu a promis dans le Coran qu’elle sera distinguée et voilà qu’elle est vraiment distinguée dans tous les sens, dans son histoire, dans sa virginité, dans son accès à la parole avec le messager de Dieu «Gabriel », dans la sourate qui porte son prénom, dans son prénom qui est le seul prénom féminin cité dans le Coran et entouré par les prénoms des prophètes. Il n’est donc pas nécessaire d’indiquer plusieurs prénoms des femmes pour indiquer la valeur de la femme et son égalité avec l’homme , mais il suffit d’en indiquer une seule, dont la valeur et la qualité sont respectables. Marie faisait la preuve selon les versets coraniques.

Voilà donc ,comment ma lecture du Coran m’a présenté Marie, et voilà comment j’ai apprécié le grade d’honneur le plus élevé que le Coran lui réserve .

 

 

  One Response to “Marie Dans le Coran par Aicha Lahdhiri Gric Tunis”

  1. essays on becoming a special education teacher

    2010 “a special education teacher” – why i choose educational field classes for teaching children with disabilities and determined to become a special for one more week then i will spend my next 2 weeks for agrument essays the regular education teach…

Sorry, the comment form is closed at this time.