Déc 052014
 

Du 28 au 30 novembre 2014, à l’initiative d’Azzedine Gaci, recteur de la mosquée Othmane à Villeurbanne (Rhône), et de Vincent Feroldi, délégué épiscopal du diocèse de Lyon pour les relations avec les musulmans, s’est rassemblée à Lyon une cinquantaine de responsables religieux musulmans, protestants et catholiques de toute la France (imams, prêtres, théologiens, pasteurs, présidents d’associations nationales, laïcs, hommes et femmes engagés dans le dialogue).
Parmi eux, le Cardinal Philippe Barbarin, Mgr Jean-Marc Aveline, Anne Thoni, présidente de la Commission des relations avec l’islam à la Fédération protestante de France, le père Christophe Roucou directeur du Service des relations avec l’Islam, Mohamed Messaoui, président de l’Union des Mosquées de France, Ahmed Miktar, président des « Imams de France », Saïd Ali Koussay, co-président musulman du GAIC, Anouar Kbibech, président du Rassemblement des musulmans de France (RMF) et vice-président du CFCM, Cheikh Khaled Bentounes, chef spirituel de la Fraternité soufie alawiyya, Ghaleb Bencheikh, président de la section française de la Conférence mondiale des religions pour la paix, Amar Lasfar, président de l’UOIF, Mohammed Moussaoui, président de l’Union des Mosquées de France, Ahmed Jaballah, directeur de l’Institut européen des sciences humaines de Paris, Emmanuel Pisani, directeur de l’ISTR de Paris….
Dans la dynamique de l’Appel des 110 lancé à Lyon le 1er octobre dernier, les participants ont analysé les profonds bouleversements que traversent nos sociétés avec, en particulier, une montée de la violence. Le Père Bruno-Marie Duffé, prêtre catholique, docteur en philosophie et professeur d’éthique sociale, a souligné qu’entre violence et Parole, une humanité cherche à se dire. En effet la violence est peut-être la forme « espérée » ou « désespérée » de la parole dans un monde où méfiance, frustration et non-écoute marquent bien la vie de nos contemporains. Or la diversité et le pluralisme accueillis et respectés peuvent libérer la parole. Il faut donc œuvrer à faire tomber les peurs et à montrer combien est essentiel un « vivre ensemble » où chacun enrichit l’autre.
Pour les membres du Forum, chrétiens et musulmans doivent vivre d’un engagement de plus en plus exigeant. Le dialogue islamo-chrétien doit être une force de proposition pour déradicaliser les extrémismes de tous bords et favoriser un « vivre ensemble » et une citoyenneté où la dimension spirituelle de l’homme pourra se déployer. Il est donc urgent de proposer avec d’autres des chemins nouveaux aux hommes et femmes de notre temps, chemins porteurs d’utopie et d’espérance, de justice et de spiritualité.
A l’issue du Forum, il a été décidé d’organiser quatre Forums régionaux à Marseille, Rennes, Saint-Etienne et dans une ville du Grand Paris, en principe le 6 juin 2015.
Le 5ème Forum islamo-chrétien se tiendra à Lyon fin novembre 2015 et traitera du thème : « Liberté de conscience, liberté religieuse et conversions ».