Dialogue interreligieux à l’épreuve des « versets douloureux » par M.S. Janjar GRIC Maroc

 Les dossiers du GRIC  Commentaires fermés sur Dialogue interreligieux à l’épreuve des « versets douloureux » par M.S. Janjar GRIC Maroc
Mar 262018
 
Dialogue interreligieux à l’épreuve des « versets douloureux » par M.S. Janjar GRIC Maroc

Il s’agit de remarques inspirées à Mohammed Sghrir Janjar, par la lecture de « A propos des versets douloureux Par Anne Balenghien, GRIC-Maroc, 2015 » analyse du livre intitulé « Les versets douloureux. Bible, Evangile et Coran entre conflit et dialogue par David Meyer, Yves Semoens, Soheib Bencheikh, Editions Lessius/Cerf, 2008, 208 p. , article publié sur ce site.

Monothéisme, violence et histoire par M. S. Janjar Gric Maroc

 Les dossiers du GRIC  Commentaires fermés sur Monothéisme, violence et histoire par M. S. Janjar Gric Maroc
Fév 192018
 
Monothéisme, violence et histoire par M. S. Janjar  Gric Maroc

De toutes les interrogations possibles, contentons-nous de celle-ci : « Est-ce que la violence perpétrée ici et là, au nom du monothéisme, lui est consubstantielle ou serait-elle une des contingences de son déploiement dans l’histoire des hommes ? ».
Notre pari est ne n’exclure de l’examen aucune des deux pistes de l’alternative, d’explorer la complexité de la question telle qu’elle se construit dans les savoirs modernes, avec un point de repère intellectuel : les travaux de J. Assmann.

Artistes de tradition musulmane et Noé: Ayssem Makni, GRIC Tunis

 Noé, Les dossiers du GRIC  Commentaires fermés sur Artistes de tradition musulmane et Noé: Ayssem Makni, GRIC Tunis
Mai 092017
 
Artistes de tradition musulmane et Noé: Ayssem Makni, GRIC Tunis

En dépit de la condamnation de la figuration par certains théologiens musulmans, le prophète Noé a été représenté sur des fixés sous-verre, des miniatures, des peintures de manuscrits anciens et des tableaux contemporains, œuvres d’artistes de tradition ou de culture musulmane. Cet article, largement illustré, donne un aperçu de la variété et de l’actualité de ces belles représentations.

Avr 182017
 
Noé :la tentation d'une nouvelle idolâtrie Samia Lajmi Gric Tunis

Noé ou prophète de la repentance, qui prêcha durant 950 ans, fut le premier à donner l’exemple de l’homme persévérant et patient dans les épreuves.
Dieu l’a envoyé pour appeler son peuple dépravé à abandonner l’idolâtrie (shirk en arabe) et lui rappeler la nécessité de vouer un culte sincère, reconnaissant l’unicité de Dieu dans Sa seigneurie et dans Son adoration après que la confusion et la perversion se soient insinuées parmi l’humanité. Ainsi commença la mission de Noé comme prophète réformateur et avertisseur.
Mais en dépit des siècles qui se sont écoulés et des progrès prodigieux qu’a connus l’humanité, l’homme n’a que peu changé en esprit. Ses dérives idolâtres, certes moins grossières que celles du peuple de Noé et plus “civilisées” peut-être, sont tout aussi dangereuses. Ainsi le message de Noé demeure d’une actualité brûlante.
Quelles sont donc les origines de l’idolâtrie? Quelles formes peut-elle revêtir dans les sociétés modernes? Pourquoi nous obstinons-nous dans une conduite trompeuse et irresponsable ?

Noé et Ibn ‘Arabi par Inès Horchani GRIC Tunis

 Noé  Commentaires fermés sur Noé et Ibn ‘Arabi par Inès Horchani GRIC Tunis
Fév 212017
 
Noé et Ibn ‘Arabi par Inès Horchani GRIC Tunis

Petite méditation d’ontologie divine : Dans Fuçûç al-hikam, Ibn Arabî consacre un chapitre à Noé. Cet ouvrage, connu en français sous le titre La Sagesse des Prophètes, est ardu, à la fois poétique et hermétique. C’est un véritable manuel d’initiation à la mystique musulmane, qui ne peut être résumé, mais demande à être médité.

Noé ou la création restaurée par M de La Chevrelière GRIC-Tunis

 Noé, Les dossiers du GRIC  Commentaires fermés sur Noé ou la création restaurée par M de La Chevrelière GRIC-Tunis
Mai 132016
 
Noé ou la création restaurée  par M de La Chevrelière GRIC-Tunis

Dans la tradition catholique, un texte décrit la porte située sur le côté de l’arche (Gen. 6,16) qui s’ouvre pour laisser passer tous ceux qui ne devaient pas périr dans le déluge comme une préfiguration du côté ouvert du Christ en croix

Cycle de Noé :Essai d’exégèse et d’herméneutique par S.Amedro

 Noé, Les dossiers du GRIC  Commentaires fermés sur Cycle de Noé :Essai d’exégèse et d’herméneutique par S.Amedro
Mar 232016
 
Cycle de Noé :Essai d’exégèse et d’herméneutique par S.Amedro

Il ne faut pas réduire le récit de Noé au seul récit du Déluge. Ce n’est, en fait, qu’un épisode qui se situe au cœur d’un cycle plus large qui concerne Noé et qui couvre les chapitres 5 à 10 de la Genèse voire jusqu’au chapitre 12 si l’on suit la tradition juive (qui intègre le récit de Babel et la généalogie de Sem à Abraham). Nous proposons d’essayer de travailler le cycle de Noé globalement pour découvrir la place et la fonction particulière qu’il occupe, à savoir un véritable récit de « médiation » à l’articulation de plusieurs problématiques herméneutiques :
– articulation entre un récit babylonien préexistant et une intention théologique du ou des auteurs qui affrontent cette situation et confessent la présence et l’intervention de Dieu dans l’histoire (le Déluge comme figure de l’Exil, Noé comme figure de restauration et image d’un Dieu qui console de la malédiction de la terre, théologie de l’Alliance conclue avec l’humanité tout entière). Il est sans doute possible de comprendre ce récit comme une herméneutique théologique de la culture et de l’histoire portée par la question fondamentale : est-ce que Dieu intervient dans notre histoire ?
– articulation dans un récit mythologique unique de deux traditions théologiques différentes qui tentent d’appréhender le scandale du mal chacun de leur manière. Il est alors possible de relire le récit mythologique comme une herméneutique philosophique (et non plus théologique) de l’espérance : face au mal (moral autant que radical), que m’est-il permis d’espérer ?
– enfin, en choisissant le récit mythologique comme support d’une réflexion aussi bien théologique (comment Dieu intervient dans l’histoire ?) que philosophique (que m’est-il permis d’espérer ?), le cycle de Noé se trouve de facto à l’articulation d’une problématique herméneutique fondamentale entre « histoire » et « vérité ».