Mohamed Talbi par GRIC Tunis

 Brèves  Commentaires fermés sur Mohamed Talbi par GRIC Tunis
Mai 302017
 

Mohamed Talbi, historien, penseur et islamologue tunisien, est décédé le 1er Mai 2017. Il était né le 21 septembre 1921 à Tunis.

Historien de formation, et comme le souligne Mohamed Arbi Nsiri , historien lui-même, « N’ayant jamais appartenu à aucune école, il a développé une méthode rigoureuse de lecture des textes historiques. Ce savant dont l’œuvre recouvre la majeure partie du XXème siècle fut incontestablement un précurseur dans le domaine de la Culture. »

C’était aussi un penseur à l’esprit libre, à la parole directe : « Je dis ce que je pense, textes et esprit critique à l’appui, et je ne dis à personne de penser comme moi.[…]. Je me fous de ce que les gens pensent, je me tiens au courant de ce qu’ils pensent, mais je leur fous la paix. […]. Que ceux qui ne pensent pas comme moi, fassent comme moi. »(1).

Mais pour nous, Groupe de recherche islamo-chrétien nous voulons rappeler surtout son engagement dans le dialogue inter-religion. En 1970 il publie « Islam en dialogue » (2) , suivi en 1972 de «  Islam et dialogue, réflexion sur un thème d’actualité » (3) . A partir de 1975 il est Membre associé d’Islamochristiana. Puis, au sein du GRIC il participe, en 1987, à la rédaction d’un livre novateur : « Ces écritures qui nous questionnent  La Bible et le Coran ».

En 1989 dans un ouvrage intitulé « Un respect têtu », il dialogue avec un philosophe et historien chrétien, Olivier Clément qui s’appuie sur sa connaissance des églises du Moyen –Orient lesquelles côtoient depuis une douzaine de siècles les musulmans (5).

Au fil des années le dialogue avec Talbi devint cependant difficile, peut-être à cause de malentendus, de maladresses des uns et des autres, aggravés par l’âge et la maladie. C’est avec tristesse, que tous les chrétiens convaincus que la rencontre respectueuse avec l’autre est le meilleur chemin pour la fraternité en Dieu, reçurent en 2011  l’«  Histoire du Christ, enquête sur une fraude textes à l’appui » (8).

Cependant, nous, membres du GRIC, avec bien d’autres bonnes volontés musulmanes et chrétiennes, sommes convaincus que les difficultés du dialogue ne doivent pas arrêter le chemin parcouru ensemble, et que l’avenir de tous dépend aussi de la rencontre entre les religions. Dans son discours aux participants à la conférence pour la Paix, le Pape François rappelait que «  Trois orientations fondamentales, si elles sont bien conjuguées, peuvent aider le dialogue : le devoir de l’identité, le courage de l’altérité et la sincérité des intentions“.

De Mohamed Talbi, nous voulons retenir ces propos positifs concernant le dialogue, écrits quand il était au mieux de sa forme: « Comment éviter les écueils et renforcer [le dialogue] ? Notre réponse est simple : en en soulignant la spécificité propre, et en lui assignant un but clair, précis et sans ambiguïté. Le dialogue est un forum d’écoute mutuelle, sans tactique ni stratégie, et sans restriction mentale, dont l’objectif exclusif est de favoriser une connaissance directe de l’autre, dans une ambiance de confiante sympathie et d’ouverture, afin de dégager éventuellement des possibilités d’action commune. Il n’est pas un moyen, il a sa fin en soi » (11)

A une époque où la responsabilité individuelle se dilue trop souvent dans le collectif, Mohamed Talbi a essayé d’être un homme libre. «  A chacun ses traits et sa physionomie propre. A chacun de s’assumer en fonction du libre arbitre que Dieu lui a donné. Notre respect du choix de notre frère en Adam et Eve n’est autre que le respect que nous devons au Dessein du créateur sur chacune de ses créatures » (12). Il n’y a désormais plus de voile entre lui et le « Pardonneur Miséricordieux » (13). Que Dieu ait son âme.

 

(1)Mohamed Talbi, l’Islam n’est pas voile Il est culte éd Cartaginoiseries 2009 p 29

(2) Mohamed Talbi Islam en dialogue  éd. Maison tunisienne d’édition, Tunis, 1970

(3) Mohamed Talbi Islam et dialogue, réflexion sur un thème d’actualité », éd. Maison tunisienne d’édition, Tunis, 1972, et réédité à Maison tunisienne d’édition, Tunis, 1979)

(4) GRIC Ces écritures qui nous questionnent  La Bible et le Coran, éd le centurion, Paris 1987

(5) Mohamed Talbi Olivier Clément Un respect têtu, éd. Nouvelle Cité, Paris, 1989

(6) Ibid p93

(7) Frédéric Bobin Journal Le Monde du 05.05.2017

(8) – Mohamed Talbi Histoire du Christ, enquête sur une fraude textes à l’appui, éd. Mohamed Talbi, Tunis, 2011

(9) Mohamed Talbi À Benoît XVI, éd. Mohamed Talbi, Tunis,2011

(10) Al-Azhar Conference Centre, Le Caire Vendredi 28 avril 2017

(11)Mohamed Talbi Olivier Clément Un respect têtu, éd. Nouvelle Cité, Paris, 1989 p 96

(12)Ibid p 100

(13)Coran 39 ; 53