Juil 102012
 
DECLARATION de MADRID Publiée par

La CONFERENCE MONDIALE SUR LE DIALOGUE

Organisée par

LA LIGUE ISLAMIQUE MONDIALE à MADRID

SOUS L’EGIDE DU SERVITEUR des DEUX SAINTES MOSQUEES

LE ROI ABDALLAH BIN ABDULAZIZ AL SAOUD

16-18 juillet 2008

Les participants à la Conférence Mondiale sur le Dialogue organisée par la Ligue Islamique Mondiale à Madrid (Espagne) du16 au 18 juillet 2008 (13 au 15/7/1429 H), adeptes des religions et cultures mondiales reconnues, penseurs et chercheurs expriment leur haute considération au Serviteur des Deux Saintes Mosquées, le roi Abdullah Bin Abdulaziz pour avoir parrainé cette Conférence et l’avoir inaugurée, ainsi que pour l’allocution qu’il leur a adressée, allocution qu’ils adoptent, en tant qu’instrument fondamental parmi les instruments de la Conférence.

Exprimant leur haute considération à sa majesté Juan Carlos, roi d’Espagne pour sa participation à cette conférence,et y avoir prononcé une importante allocution directive de bienvenue ; tout comme à Mr. José Luis Rodriguez Zapatero, Premier ministre d’Espagne pour sa participation à la séance d’ouverture de la Conférence et pour ses efforts relatifs au dialogue entre les civilisations ; enfin ils ont exprimé leur haute considération au gouvernement espagnol pour avoir permis l’organisation de cette Conférence en Espagne, pays qui bénéficie d’un héritage historique généré par la coexistence entre différentes religions, héritage qui a largement contribué au développement la civilisation humaine.

Se rappelant les objectifs du pacte des Nations Unies qui appelle à déployer des efforts communs pour raffermir les relations internationales dans la recherche de la société idéale pour les hommes et pour approfondir le dialogue en le considérant comme étant la méthode civilisée de coopération.

Se rappelant la déclaration de l’Assemblée Générale des Nations Unies de 1994 qui appelle à la tolérance et à la diffusion de la culture de la paix et qui a fait de l’année 1995 l’année de la tolérance, et de l’année 2001 l’année du dialogue entre les civilisations.

Les participants ont exprimé leur satisfaction quant au contenu de « l’Appel de la Mecque », document publié par le Congrès Islamique Mondial pour le Dialogue, auquel a invité le Serviteur des Deux Saintes Mosquées, le roi Abdallah Bin Abdelaziz, et que la Ligue Islamique Mondiale a organisé en Juin 2008.

Partant de la position unique prise par les adeptes des religions et des cultures reconnues qui affirme l’importance du dialogue et fait de lui la voie idéale pour permettre l’entente, la coopération et les relations entre les hommes afin de réaliser une coexistence pacifique entre les nations.

Ils proclament les principes suivants :

1. L’unicité de l’origine des hommes et leur égalité dans la dignité malgré les différences de couleurs, d’ethnies et de cultures.

2. L’humanité se divise en deux catégories de personnes : une, qui aime le bien et la justice, l’autre qui a un penchant pour le mal. Cependant, avec l’aide de Dieu et des efforts continus, il devient possible pour l’homme de combattre le mal ainsi que ses causes.

3. La diversité des cultures et des civilisations dans ce monde est un des miracles de Dieu et un moyen de progrès et de prospérité pour l’humanité.

4. Les religions ont pour but d’enjoindre les hommes à obéir à leur Créateur, de concrétiser le bonheur, la justice, la sécurité et la paix pour l’humanité toute entière. Elles visent à renforcer les moyens de l’entente et de la coexistence entre les peuples en dépit de leurs différences d’origines, de couleurs et de langues. Elles appellent à la propagation de la vertu avec sagesse et bienveillance et rejettent l’extrémisme, le sectarisme et le terrorisme.

5. Inciter vivement au respect des religions et de leurs symboles afin de lutter contre toutes formes de dénigrement.

6 . Le respect de l’intégrité de l’homme et de ses droits, la préservation de la paix, le respect des engagements, le droit des peuples à la sécurité, à la liberté, et à l’auto-détermination sont tous des éléments essentiels à l’établissement de bonnes relations entre les peuples ; d’autant que ces points constituent en soit l’objectif principal de toutes religions et autres cultures reconnues.

7. L’importance de la religion et des valeurs vertueuses et le retour des hommes vers leur Créateur dans la lutte contre le crime, la corruption, les stupéfiants et le terrorisme. Son importance aussi dans la cohésion de la famille et la protection des sociétés de toutes déviations.

8. La famille est la base de la société et constitue sa pierre angulaire. Sa protection et sa préservation des dislocations sont les fondements de toute société sûre et stable.

9. Le dialogue est une nécessité et il compte parmi les moyens les plus efficaces pour permettre aux hommes de faire connaissance entre-eux pour atteindre la vérité qui contribue au bonheur des hommes.

10. La préservation de l’environnement et de la nature, leur protection contre les dangers de la pollution et des risques environnementaux, constituent un objectif fondamental commun aux religions et aux cultures.

Pour réaliser, par le dialogue, les principes mentionnés ci-dessus, la Conférence a passé en revue la marche du dialogue et les obstacles auxquels il fait face. Se rappelant les catastrophes que l’humanité a endurées au XXe siècle, elle a conscience que le terrorisme est l’un des obstacles les plus saillants sur la voie du dialogue et de la coexistence. C’est un phénomène mondial qui requiert un effort international organisé et coordonné. Il faut affronter ce fléau avec sérieux, responsabilité et équité. Il faut travailler à la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes, sous tous ses aspects, traiter ses racines et ses causes de telle sorte que soient apportées la justice et la stabilité dans le monde.

Par conséquent la Conférence considère qu’il faut absolument : 1. Lutter contre les théories qui considèrent inéluctable le choc des civilisations et des cultures, mettre en garde contre le danger des compagnes qui cherchent à amplifier les désaccords et anéantir la paix et la coexistence.

2. Renforcer les valeurs humaines communes, coopérer pour les diffuser au sein des sociétés humaines et traiter des problèmes qui font obstacle à ces actions.

3. Diffuser la culture de la tolérance et de la compréhension mutuelle par le dialogue afin qu’elle devienne un cadre pour les relations internationales à travers l’organisation de conférences et de colloques et par le développement des programmes relatifs à la culture, à l’éducation et à l’information aidant à la réalisation de ce projet.

4. Se mettre d’accord sur les règles du dialogue entre les adeptes des religions et des cultures permettant par cela de définir les valeurs et les principes moraux qui représentent un dénominateur commun aux adeptes des religions et des cultures afin de renforcer la stabilité et réaliser la prospérité du genre humain.

5. Travailler à la parution d’un document publié par les organisations internationales officielles et populaires, lequel édicte que l’atteinte aux religions et à leurs symboles constitue un crime passible de sanctions pénales.

Pour réaliser les objectifs auxquels la conférence aspire, les participants se sont accordés pour user des moyens suivants :

1. Créer un groupe de travail pour étudier les problèmes qui entravent le dialogue et font obstacle à ce qu’il aboutisse aux résultats escomptés. Réaliser une étude qui inclut des solutions pour résoudre ces problèmes.

2. Assurer la coopération entre les organismes religieux, culturels, éducatifs et médiatiques pour ancrer les nobles valeurs morales, pour encourager les bonnes relations sociales, pour s’opposer à la débauche, la dégradation des mœurs, la dislocation de la famille et toute autre forme que peut prendre le vice.

3. Organiser des rencontres et des symposiums communs, mener des études et élaborer des programmes d’information, avoir recours au réseau Internet et aux différents médias pour diffuser la culture du dialogue, de la compréhension mutuelle et de la coexistence pacifique.

4. Inclure les questions du dialogue entre les adeptes des religions, des cultures et des civilisations dans les programme d’action pour la jeunesse, l’information, la culture et l’éducation.

5. Inviter l’Assemblée Générale des Nations Unies à entériner les conclusions de cette Conférence et les exploiter pour promouvoir le dialogue entre les adeptes des religions, des civilisations et des cultures par le biais de la réunion d’une session spéciale sur le dialogue. Les participants à la Conférence souhaitent que le Serviteur des Deux Saintes Mosquées fasse en sorte que cette session se réunisse à la première occasion offerte. Ils seraient heureux d’y participer en envoyant une délégation les représentant et qui serait choisie par la Ligue Islamique Mondiale.

Conformément aux principes et aux notions sur lesquels se sont accordés les participants, ces derniers insistent sur l’impératif que le dialogue reste amicalement ouvert.

Les participants ont exprimé leur remerciement et leur considération à la Ligue Islamique Mondiale ainsi qu’aux différents services qui ont contribué à l’organisation de la Conférence. Ils ont loué la Ligue pour ses efforts dans le domaine du dialogue et de la coopération entre les peuples et les nations, et ont émis l’espoir de voir se réaliser les objectifs communs auxquels aspire l’humanité.

Publiée à Madrid le 18 juillet 2008.

Voir l’article en sur le site de la conférence

Sorry, the comment form is closed at this time.