Juil 102012
 

Voici les principaux textes évoquant la naissance de Jésus dans les Evangiles (Luc et Matthieu) et dans le Coran (Sourate 19 et 3)

Naissance de Jésus dans l’Évangile

(traduction œcuménique de la Bible (TOB))

L’annonce de l’ange à Marie (Luc 1, 26-37)

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, à une jeune fille accordée en mariage à un homme nommé Joseph, de la famille de David ; cette jeune fille s’appelait Marie. L’ange entra auprès d’elle et lui dit : ” Sois joyeuse, toi qui as la faveur de Dieu, le Seigneur est avec toi. ” A ces mots, elle fut très troublée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit : ” Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas être enceinte, tu enfanteras un fils et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la famille de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. ” Marie dit à l’ange : ” Comment cela se fera-t-il puisque je n’ai pas de relations conjugales ? ” L’ange lui répondit : ” L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint et sera appelé Fils de Dieu. Et voici que Élisabeth, ta parente, est elle aussi enceinte d’un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, elle qu’on appelait la stérile, car rien n’est impossible à Dieu. ” Marie dit alors : ” Je suis la servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi comme tu me l’as dit ! ” Et l’ange la quitta.

Visitation de Marie à sa cousine Elisabeth (enceinte de Jean-Baptiste) (1, 39-56)

En ce temps-là, Marie partit en hâte pour se rendre dans le haut pays, dans une ville de Juda. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, lorsqu’Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant bondit dans son sein et Élisabeth fut remplie du Saint Esprit. Elle poussa un grand cri et dit : ” Tu es bénie plus que toutes les femmes, béni aussi est le fruit de ton sein ! Comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ? Car lorsque ta salutation a retenti à mes oreilles, voici que l’enfant a bondi d’allégresse en mon sein. Bienheureuse celle qui a cru : ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s’accomplira ! “

 

Alors Marie dit : ” Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit s’est rempli d’allégresse à cause de Dieu, mon Sauveur, parce qu’il a porté son regard sur son humble servante. Oui, désormais, toutes les générations me proclameront bienheureuse, parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses : saint est son Nom. Sa bonté s’étend de génération en génération sur ceux qui le craignent. Il est intervenu de toute la force de son bras ; il a dispersé les hommes à la pensée orgueilleuse ; il a jeté les puissants à bas de leurs trônes et il a élevé les humbles ; les affamés, il les a comblés de biens et les riches, il les a renvoyés les mains vides. Il est venu en aide à Israël son serviteur en souvenir de sa bonté, comme il l’avait dit à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa descendance pour toujours. ” Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle retourna chez elle.

Naissance de Jésus (Luc 2, 1-20)

Or, en ce temps-là, parut un décret de César Auguste pour faire recenser le monde entier. Ce premier recensement eut lieu à l’époque où Quirinius était gouverneur de Syrie. Tous allaient se faire recenser, chacun dans sa propre ville ; Joseph aussi monta de la ville de Nazareth en Galilée à la ville de David qui s’appelle Bethléem en Judée, parce qu’il était de la famille et de la descendance de David, pour se faire recenser avec Marie son épouse, qui était enceinte. Or, pendant qu’ils étaient là, le jour où elle devait accoucher arriva ; elle accoucha de son fils premier-né, l’emmaillota et le déposa dans une mangeoire, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la salle d’hôtes. Il y avait dans le même pays des bergers qui vivaient aux champs et montaient la garde pendant la nuit auprès de leur troupeau. Un ange du Seigneur se présenta devant eux, la gloire du Seigneur les enveloppa de lumière et ils furent saisis d’une grande crainte. L’ange leur dit : ” Soyez sans crainte, car voici, je viens vous annoncer une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur qui est le Christ Seigneur ; et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. ” Tout à coup il y eut avec l’ange l’armée céleste en masse qui chantait les louanges de Dieu et disait : ” Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix pour ses bien-aimés. ” Or, quand les anges les eurent quittés pour le ciel, les bergers se dirent entre eux : ” Allons donc jusqu’à Bethléem et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. ” Ils y allèrent en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la mangeoire. 17 Après avoir vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui les entendirent furent étonnés de ce que leur disaient les bergers. Quant à Marie, elle retenait tous ces événements en en cherchant le sens. Puis les bergers s’en retournèrent, chantant la gloire et les louanges de Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, en accord avec ce qui leur avait été annoncé.

La visite des mages (Matthieu 2, 1-12)

Jésus étant né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : ” Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage. ” A cette nouvelle, le roi Hérode fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. Il assembla tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et s’enquit auprès d’eux du lieu où le Messie devait naître. ” A Bethléem de Judée, lui dirent-ils, car c’est ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le plus petit des chefs-lieux de Juda : car c’est de toi que sortira le chef qui fera paître Israël, mon peuple. ” Alors Hérode fit appeler secrètement les mages, se fit préciser par eux l’époque à laquelle l’astre apparaissait, 8 et les envoya à Bethléem en disant : ” Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant ; et, quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour que, moi aussi, j’aille lui rendre hommage. ” Sur ces paroles du roi, ils se mirent en route ; et voici que l’astre, qu’ils avaient vu à l’Orient, avançait devant eux jusqu’à ce qu’il vînt s’arrêter au-dessus de l’endroit où était l’enfant. A la vue de l’astre, ils éprouvèrent une très grande joie. Entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils lui rendirent hommage ; ouvrant leurs coffrets, ils lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner auprès d’Hérode, ils se retirèrent dans leur pays par un autre chemin.

Naissance de Jésus dans le Coran

Sourate 19, 16-35(traduction Blachère)

“Et, dans l’Écriture, mentionne Marie quand elle se retira de sa famille en un lieu oriental et qu’elle disposa un voile en deçà d’eux. Nous lui envoyâmes Notre Esprit et il s’offrit à elle [sous la forme] d’un mortel accompli. “Je me réfugie dans le Bienfaiteur, contre toi”, dit [Marie]. “Puisses-tu être pieux !” – “Je ne suis”, répondit-il, “que l’émissaire de ton Seigneur, [venu] pour que je te donne un garçon pur.” – “Comment aurais-je un garçon”, demanda-t-elle, “alors que nul mortel ne m’a touchée et que je ne suis point femme ?” – “Ainsi sera-t-il”, dit [l’Ange]. “Ton Seigneur a dit : Cela est pour Moi facile et Nous ferons certes de lui un signe pour les gens et une grâce (rahma) [venue] de Nous : c’est affaire décrétée.” Elle devint enceinte de l’enfant et se retira avec lui dans un lieu éloigné. Les douleurs la surprirent près du stipe du palmier. “Plût au ciel”, s’écria-t-elle, “que je fusse morte avant cet instant et que je fusse totalement oubliée !” [Mais] l’enfant qui était à ses pieds lui parla : “Ne t’attriste pas ! Ton Seigneur a mis à tes pieds un ruisseau. Secoue vers toi le stipe du palmier : tu feras tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange et bois et que ton oeil se sèche ! Dès que tu verras quelque mortel, dis : “Je voue au Seigneur un jeûne et ne parlerai aujourd’hui à aucun humain !” Elle vint donc aux siens, portant [l’enfant].
- “O Marie !”, dirent-ils, “tu as accompli une chose monstrueuse ! O soeur d’Aaron ! ton père n’était pas un père indigne ni ta mère une prostituée !” Marie fit un signe vers [l’Enfant].
- “Comment”, dirent-ils, parlerions-nous à un enfançon qui est au berceau ?” Mais [l’enfant] dit : “Je suis serviteur d’Allah. Il m’a donné l’Écriture et m’a fait Prophète ! Il m’a béni où que je sois et m’a recommandé la Prière et l’Aumône tant que je resterai vivant, ainsi que la bonté envers ma mère. Il ne m’a fait ni violent ni malheureux. Que le salut soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai et le jour où je serai rappelé vivant !” Celui-là est Jésus fils de Marie. Parole de vérité qu’ils révoquent en doute ! Il n’était pas séant à Allah de prendre quelque enfant. Gloire à Lui ! Quand Il décide quelque chose, Il dit seulement : “Sois !” et elle est.”

Sourate 3, 42-51 (traduction Blachère)

Et [rappelle] quand les Anges dirent : “O Marie !, Allah t’a choisie et purifiée. Il t’a choisie sur [toutes] les femmes de ce monde. O Marie !, sois en oraison devant ton Seigneur ! Prosterne-toi et incline-toi avec ceux qui s’inclinent !” Ceci fait partie des récits (’anbâ’) de l’Inconnaissable que Nous te révélons car tu n’étais point parmi eux [Prophète !], quand ils jetaient leurs calames [pour savoir] qui d’entre eux se chargerait de Marie ; tu n’étais point parmi eux quand ils se disputaient. [Rappelle] quand les Anges dirent : “O Marie !, Allah t’annonce un Verbe [émanant] de Lui, dont le nom est le Messie, Jésus fils de Marie, [qui sera] illustre dans la [Vie] Immédiate et Dernière et parmi les Proches [du Seigneur]. Il parlera aux Hommes, au berceau, comme un vieillard, et il sera parmi les Saints.”
- “Seigneur !”, répondit [Marie], “comment aurais-je un enfant alors que nul mortel ne m’a touchée ?”
- “Ainsi”, répondit-Il (sic), “Allah crée ce qu’Il veut. Quand Il décrète une affaire, Il dit seulement à son propos : “Sois !” et elle est.” [Allah] lui enseignera l’Écriture, la Sagesse, la Thora et l’Évangile. “…Et [j’ai été envoyé] comme Apôtre aux Fils d’Israël, disant : “Je viens à vous avec un signe de votre Seigneur. Je vais, pour vous, créer d’argile une manière d’oiseaux ; j’y insufflerai [la vie] et ce seront des oiseaux, avec la permission d’Allah. Je guérirai le muet et le lépreux. Je ferai revivre les morts, avec la permission d’Allah. Je vous aviserai de ce que vous mangez et de ce que vous amassez dans vos demeures. En vérité, en cela, est certes un signe pour vous, si vous êtes croyants. [Je suis envoyé] déclarant véridique ce qui a été donné avant moi, de la Torah, afin de déclarer pour vous licite une partie de ce qui avait été pour vous déclaré illicite. Je suis venu à vous avec un signe de votre Seigneur. Soyez pieux envers Allah et obéissez-moi ! Allah est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc ! C’est une voie droite.”

Sorry, the comment form is closed at this time.